En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour assurer le bon fonctionnement de nos services.
En savoir plus

Actualités du lycée

Le suicide : Haine, solitude, impuissance. Retour sur la pièce John

Par Référent Culture, publié le mercredi 11 mars 2020 13:45 - Mis à jour le mercredi 11 mars 2020 18:08
theatre point du jour.jpg
Des élèves de terminale S témoignent de leur expérience théâtrale du 20 février dernier. Ils ont assisté à la représentation de John, une pièce de Wajdi Mouawad sur le suicide. Tabou, manque, haine, solitude : ils présentent divers points de vue.

Invités à livrer une analyse concernant ce qui les avait le plus touchés, les élèves de Terminale S4 ont mis en évidence différents éléments caractéristiques de la mise en scène, du texte, du jeu et des effets sonores et lumineux. Nombreux à insister sur l’intensité de ce moment de théâtre, ils ont mis en relief aussi bien le tabou du mot “aimer” que le personnage principal ne parvient jamais à prononcer que le manque d’affection afférant. La haine de John pour sa mère les a beaucoup frappés et la proximité spatiale des spectateurs avec le comédien les a conduits à se sentir impliqués dans le drame. Le combat intérieur de John, la colère exprimée, l’avancée inexorable de son désespoir ont contribué à faire ressentir aux élèves un sentiment d’impuissance face à la détresse de cet adolescent suicidaire.

 

Cette pièce m’a énormément marquée, touchée. En effet, l’histoire de ce personnage sur le point de mettre fin à sa vie a fait ressortir beaucoup d’émotions.

Un élément qui m’a beaucoup marquée, puisqu’il m’a permis d’apprécier la pièce, c’est la disposition de la scène. Dès le début, lorsque l’on s’installe, la proximité voulue entre les spectateurs et le personnage est surprenante. Ensuite, on pourrait penser que cette proximité serait gênante ; mais je pense que c’est justement ce rapprochement qui a créé l’atmosphère qui m’a permis de mieux apprécier toute la profondeur de la pièce. Ensuite, cette disposition m’a permis de m’isoler dans une sorte de bulle, ce qui m’a permis de ressentir tout ce que le personnage avait à transmettre. Cette disposition où les personnages et le spectateur sont très proches a créé une atmosphère où je me suis sentie impliquée dans sa vie, son histoire. Je me suis sentie comme une personne, un spectateur incapable d’intervenir face au prévisible mais inévitable : le suicide du personnage.

Finalement, la disposition de la pièce avec cette proximité a permis à toutes les émotions transmises par le personnage de me parvenir avec beaucoup d’intensité. Les différentes phases du parcours du personnage, avec toutes les émotions qui leur étaient raccrochées, me sont parvenues avec toute leur force, du chagrin au désespoir en passant par l’amour et par la haine.

C.

Ce qui m’a particulièrement touché lors de cette représentation théâtrale est l’utilisation de la musique du mariage de Nelly. Cette musique réalise le contraste entre la vie cruelle dont John nous fait part et la douceur. John nous dit même que c’est son seul « bon » souvenir de sa vie. La tristesse et le désespoir de John se lisent à travers son texte et à travers son énervement. On prend alors conscience qu’il est seul, très seul, désespéré. Lorsque Nelly revient sur les lieux du suicide de son petit frère, elle enclenche la radio qui diffuse cette fameuse mélodie de son mariage dans la chambre. John voyait Nelly comme une dernière branche à laquelle s’accrocher pour ne pas passer l’arme à gauche.  Avant de se donner la mort par pendaison, John écoute une dernière fois le morceau, sa berceuse, et reste immobile, on peut penser qu’il hésite et qu’il réfléchit. Ce qui est d’autant plus triste, c’est qu’il part tout de même, déterminé ; l’impact de ses proches, de son père, de sa mère, de son frère est tellement important qu’il garde son choix de départ. Je comprends totalement qu’un certain nombre de personnes soit touché par cette pièce puisque les relations familiales ne sont pas forcément toutes idylliques et beaucoup de personnes peuvent s’identifier à ce personnage. C’est une pièce très difficile à regarder, à écouter, la proximité de John nous implique directement dans sa vie. Nous pouvons nous sentir coupables. J’ai adoré participer à cette expérience puisqu’elle m’a fait affronter les dures réalités de la vie…

G.

Ce que je trouve important de relever dans cette pièce de théâtre, c’est le message que veulent nous faire passer les comédiens et le metteur en scène. John annonce vouloir mettre fin à ses jours, il le fait d’ailleurs à la fin de la pièce. Il nous donne les raisons de son suicide en se filmant pour sa mère, son ancienne compagne avec son frère ou encore son père. John se sent terriblement seul, personne ne prend de ses nouvelles, il se sent inutile dans ce monde. Il se sent tellement seul qu’au lieu de parler à une personne pour se libérer de ses peines, il parle à une caméra. Pour moi, le message que veut nous faire passer la pièce c’est qu’il faut communiquer avec quelqu’un quand on en a besoin, il faut exprimer son mal-être et non pas se replier sur soi-même. Sa sœur le dit d’ailleurs à la fin de la pièce : s’il lui avait parlé, elle l’aurait aidé. La pièce nous indique donc que sans communication, on peut sombrer et qu’il faut parler pour que quelqu’un nous rappelle que la vie a un sens et que les mauvaises phases peuvent se traverser avec de l’aide et du temps.

M.