En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour assurer le bon fonctionnement de nos services.
En savoir plus

Actualités du lycée

L'industrie du divertissement assignée à comparaître !

Par Référent Culture, publié le dimanche 10 janvier 2021 15:39 - Mis à jour le dimanche 10 janvier 2021 15:39
leprocès du siècle Balagan.jpg
Le Balagan Système nous invite au second acte du Procès du Siècle. Assignée à comparaître : l’industrie du divertissement. Plaignante : la jeunesse !

Après avoir sommé la démocratie, - jugée défaillante -, de se défendre, le Balagan Système poursuit les délibérations et soumet à la question l’industrie du divertissement. Grégoire Ingold, entouré des comédiens et de ses invités du soir, met en lumière la pression à laquelle notre attention – et celle de la jeunesse - est soumise par l’industrie du divertissement. Il s’agit fondamentalement de s’interroger sur la façon dont nous faisons usage du temps libéré du travail par les révolutions industrielles et technologiques successives.

Découvrez le détail des délibérations :

www.youtube.com/watch

Stéphane Marchand, maître de conférences en histoire de la philosophie antique à Paris évoque le confinement du printemps dernier qui nous a forcés au contact avec nous-mêmes, contact que précisément nous nous attachons à fuir d’après Pascal. Dans ses Pensées (139 éd Br), il définit le divertissement comme fuite de la considération de notre finitude par la recherche du tracas. Notre condition « faible et mortelle » disparaît-elle derrière les nouveaux produits de l’industrie du divertissement ?

 

Ronan de Calan, lui aussi maître de conférences en philosophie à Paris, qualifie l’industrie du divertissement par l’acte de détrôner le livre et le théâtre par le cinéma et demande si la culture de masse est possible.

Hannah Arendt, elle, dénonce dans La crise de la culture la formation de sociétés de masse comme sociétés de consommateurs dont le temps de loisir, libéré du travail, est happé par la distraction facile qui « fait passer le temps ».

Alors : sommes-nous capables de temps libre ? D’un usage du temps de loisir pour la culture, la formation et le perfectionnement de soi ?

Et le Balagan Système, comme Socrate lui-même d’après Calliclès, mérite-t-il les coups pour mettre les dialogues de Platon à portée du grand public grâce à leur représentation théâtrale ?

Finalement : quel est le bon usage du temps ? quel est le bon usage de l’existence humaine elle-même ?